Couture

100 days at sea [Besace coton huilé – Patron maison]

Marieke Huysmans-Berthou, j’ai eu la chance de la découvrir il y a des années, du temps où elle chantait et jouait de son drunken piano (Miss White…), à terre, dans ma jolie Drôme. Depuis plusieurs années, elle est partie sur son voilier pour jouer sur l’océan, au gré des ports, des rencontres. Le projet Pianocéan continue, je craque complètement sur ce nouveau duo, je vous en fais profiter, espérant qu’il vous enchantera autant qu’il m’a enchanté.

L’histoire du jour est d’une arlésienne qui ne dit pas son nom. Je dois sacrifier à mon rituel du « petit sac de saison » depuis maintenant bien deux ans sans parvenir à m’y mettre, un projet de vêtement prenant toujours le pas sur mon ancien amour des accessoires. Las, on change.
Mon totebag jaune soleil (cadeau d’Etoile buissonnière 😍) n’allait pas supporter bien longtemps les gouttes et les frimas de l’automne.
Qu’importe, me voici lancée : quand un projet a pris huit saisons pour mûrir, il sort bien à point.

J’avais le tissu depuis tout ce temps, un coton huilé et ciré de Merchant and Mills. Le craquage matière, ça vous arrive, à vous aussi? Au détour d’une publication IG ou d’un blog, j’ai voulu tester tout soudain ce que ça pourrait donner, voyant déjà la besace évidente.
Je l’avais naguère acheté chez Atelier Brunette (qui me semble ne plus en vendre), pour vous donner une idée, je l’ai retrouvé chez Atelier de la création. La période étant alors plutôt éteinte en terme de créativité, le mode flemme s’était activé et tourné vers le patron charmant de besace de l’Usine à bulle. Sans être toutefois bien convaincue (rien à voir avec le patron, juste, ça ne me motivait pas de coudre un sac sans l’avoir imaginé en entier), j’ai avancé sans avancer, impression du patron, coupe du papier, visionnage des vidéos de montage puis point mort. Le projet ne m’allait pas comme ça.

Cet été, un regain de motivation et d’énergie, combiné à la perspective pluvieuse de la reprise du travail ne me permettant pas de porter ma nouvelle robe chouchoutte (le grigri de la rentrée : porter du nouveau homemade), m’a permis en toute fin de vacances de me lancer dans un patronnage satisfaisant de la besace qui me faisait VRAIMENT envie : rabat complet et fermeture par aimant discret, arrondis des angles sans sacrifier à la praticité de la chose finale, pas de poche.
Pas de poche???
L’un de mes essentiels basiques accessoires est l’organiseur de sac, réalisé maintenant il y a fort longtemps mais toujours aussi pratique, fonctionnel et en forme! Du coup, je peux aisément sacrifier au besoin de poches multiples à l’intérieur de mes sacs, ce qui, vous en conviendrez, permet de gagner un temps précieux sur une réalisation : une soirée puis une petite matinée juste avant la reprise du travail m’ont permis de passer du dessin à la touche finale. JOIE et BONHEUR.

J’avais aussi en tête depuis tout ce temps d’utiliser l’un des canevas que j’avais récupéré chez ma maman en même temps que les voiliers utilisés ici. Cette charmante japonaise (à qui j’ai coupé la tête)(qu’on lui couuupe la tête!!!!) a été brodé par ma maman elle-même, qui n’appréciait pas comment elle avait brodé sa tête, alors… j’ai coupé! Ce qui en fait une réalisation encore plus particulière à mes yeux, c’est que quand j’ai montré mon nouveau sac à mes parents, ils se sont rappelés que ma mère brodait cette toile quand elle était enceinte de moi.
Un clin d’oeil de boucle bouclée pleine d’amour 💗.

Que ce soit en terme de confort ou de plaisir, je tenais à utiliser cette lanière rainbow. Mais tout ce rose ne correspondait pas complètement à la gamme de couleurs du motif (et de saison), j’ai ajouté un brin de la doublure (faut que je vous en cause, de la doublure) pour harmoniser « automnal », tout en conservant le clin d’oeil de licorne sous le dessous (ça ne se voit pas quand je le porte, mais je sais que c’est là, magic power inside). Pour les éléments métal, les boucles ou l’aimant de fermeture sont de récup sur de vieux sacs.
La joie du « ça peut servir » quand ça sert!

Mais revenons aux tissus de base : j’ai eu un petit moment d’appréhension pour me lancer dans la coupe et la couture du coton huilé. Sous le pied de biche, ça avance mieux que je ne le craignais (souvenir hanté de la toile ciré qui ne glisse pas, elle), même s’il faut gérer la chaleur qui donne un effet un peu huileux à tout ce qu’on touche (se rappeler de nettoyer la machine après usage), tout s’est bien passé. Par contre, ça marque un maximum, je n’ai pas réussi à enlever les marques de pliage, et j’en ai créé d’autres lorsque j’ai retourné certains morceaux, ou à force de les manipuler…
Petite appréhension aussi : est-ce que ça ne va pas laisser des traces de léger gras sur les fringues que je vais porter? Après dix jours de vie quotidienne, tout va bien de ce côté-là!
Pour la doublure, j’avais d’abord pensé à un rose fuchsia à fleurs (récup d’une robe antédiluvienne) mais… pas de rose sur ce projet on vous a dit donc j’ai fouillé, rien dans le stock, rien dans le bac à chute (d’assez grand). Bigre. Je n’allais tout de même pas devoir (attendre) acheter quelque chose pour une doublure!!! Les voies du rangement marikondonien sont impénétrables, elles m’ont permis d’exhumer ce projet boulet jamais abouti d’une jupe en joli sergé de chez Amandine Cha Dessolier (ma toute première commande), dont j’ai eu envie de profiter vraiment, dans mon sac de tous les jours. Yep.

Je suis allée au bout du projet coupé ainsi, mais une prochaine fois, j’élargirai le pan de fermeture, afin qu’il soit plus couvrant sur les ouvertures côté. ça n’est pas du tout gênant à l’usage avec mon organisation intérieure, mais ça rendrait mieux visuellement. Les petites bandes de côté rétrécissent légèrement l’écartement des pans, un petit détail que j’adore. Je n’ai pas eu envie d’ajouter une couture visible sur le haut de mon sac, ce qui lui donne un côté « flou » puisque les bords ne tiennent pas complètement en place, mais je l’aime bien, ce flou.

Patron : maison.
Taille : //.
Modifications : //.
Matières : coton huilé Merchant and Mills, sergé coton vert olive Amandine Cha Dessolier, lanière arc-en-ciel de je sais plus où, boucles et aimant de récup.
Rayon portabilité : il contient le nécessaire et même un peu plus, puisqu’il contient parfaitement mon organiseur. Par contre, je ne peux pas y enfiler le petit gilet « au cas où », la course de dernière minute, pour lesquels est nécessaire un totebag, ce coup-ci (glissé SOUS l’organiseur, ni vu ni connu, je le sors dès que j’ai besoin sans qu’il me gêne au quotidien)… Je me suis aperçue que ça me pesait trop sur l’épaule où j’ai le réflexe de le porter (à gauche, j’ai un truc pénible sur les cervicales, zone sensible à éviter) alors j’évite, d’autant que j’ai d’abord eu l’impression que la lanière était trop longue. Sauf qu’il m’est arrivé de le porter « pas en bandoulière » et ça le fait bien aussi, avec cette longueur. Je ne change rien pour l’instant!
Une prochaine fois? Question sacs, j’aime changer de forme à chaque fois. Mais cette fois, je vais essayer de conserver mon patron de base! En tenant compte des modifications à envisager (la largeur du pan de fermeture sur le dessus).
Dans le temps : à suivre.

Mon vrai indispensable de la rentrée (parfaite pour le défi IG d’Anne-Charlotte et Cindy) : ma besace!
(Cousue juste avant que je ne me résolve à donner ma mac au docteur des macs, en croisant fort les doigts pour que ça aille vite)(La chemise en liberty de mon BG mérite une rolls et pas un vieux coucou, ce que ma Janome redeviendra sitôt rentrée j’en suis sûre)
Et vous, qu’avez-vous imaginé pour adoucir votre reprise?

22 commentaires sur “100 days at sea [Besace coton huilé – Patron maison]

  1. Qu’est ce qu’il est beau ton sac . Et puis cette utilisation du canevas c’est juste whaou…. ça me donnerait presque envie de retrouver ceux fait dans ma jeunesse! Et puis son histoire j’adore…. même si j’aimerai pas beaucoup que mon fils coupe un jour dans la couverture en patchwork faite pendant sa grossesse 🤣

    J'aime

    1. Merci Lily 😉 j’aime beaucoup l’idée de ce genre de détournement, et c’est très amusant à faire!!!
      Je comprends l’idée, j’ai aussi cousu une couverture pour ma fille (pas pendant ma grossesse néanmoins), et ça me ferait mal d’y penser mais… si c’est pour en garder l’usage lorsque la couverture sera abîmée, pour en garder un petit bout dans sa vie de tous les jours… alors ça me parle!

      Aimé par 1 personne

  2. Excellent l’histoire de cette broderie !!! C’est la roue de la vie !
    Sinon, j’aime beaucoup ton sac … & je n’ai toujours pas d’organisateur de sac à main.
    Faudrait vraiment que je fasse ça … /* Oui, mais j’ai un sac à dos actuellement … */
    Bref, avant de m’y mettre, bravo pour ton défi de rentrée, il est magnifique !
    /* Avec sa bandoulière licornesque !!! */

    J'aime

    1. La cerise sur le gâteau, la p’tite histoire 😁
      et toujours pas d’organisateur de sac (fut-il à dos)??? rhooo à réfléchir alors 😘
      merci beaucoup, et la bandoulière licorne, c’est notre petit secret 🌈

      J'aime

  3. Il est très chouette ce sac ! J’avais déjà vu un projet avec ce tissu huilé et ça m’avait autant attirée que ça m’avait fait peur …
    Quelle super idée tu as eue d’utiliser ce canevas.

    J'aime

    1. Ce n’est pas mon coup d’essai avec le canevas, une matière inspirante, qui ajoute vraiment quelque chose à une couture d’accessoire. Et finalement, le tissu huilé me satisfait au quotidien, même s’il faut faire l’impasse sur les « marques » laissées par les pliures…

      J'aime

  4. Voilà une reprise haute en couleurs !
    Un sac unique dans tous les sens du terme… un compagnon chargé de souvenirs et de complicité.
    Et qu’il est lumineux ce canvas !
    Merci pour ce partage musical, une belle expérience aussi 🙂

    J'aime

    1. Merci D. 😊 c’est tout à fait ça, et j’aime beaucoup les couleurs, à la fois lumineuses et pourtant bien automnale dans les parties que j’ai conservées.
      Pas surprise que la musique t’ait plu! Des bises

      J'aime

  5. Yes joli sac et histoire ! ❤️
    Je ne crois pas avoir cousu quoi que ce soit pour adoucir ma rentrée… à part ma jupe qui trainait depuis le confinement que j’ai pas pu porté pour cause d’atelle parce que c’est même pas top !
    Cela dit ça fait des années que je pense organisateur de sac et que je n’en ai rien fait ! Mon sac actuel montre des signes de faiblesse (les 2 fermetures éclairs ont merdé le même jour…), Il va vraiment falloir que je réfléchisse à la suite !

    J'aime

  6. En plus d’être jolie, j’adore l’histoire de ta besace ! Ta maman a dû être émue de voir sa broderie joliment utilisée !
    Pour adoucir la rentrée, j’ai décidé de coudre de la décoration automnale pour notre pièce à vivre… Se sentir bien chez soi pour faire face aux premiers frimas.

    J'aime

    1. Oui, une jolie histoire… et j’aime bien l’idée aussi de se préparer au froid en préparant la maison… J’ai pris le temps de réparer mon plaid d’hiver pour qu’il soit opérationnel dès les premiers froids!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.