Couture·Eco-bio

I lived on the Moon [sweat Jocko – Ready to sew/Jupe Kristy – LMV]

Jolie découverte grâce à ma chère J.

L’histoire du jour donne la parole au tissu. Vous savez, le tissu qu’on commande avec un projet bien précis, un besoin de garde-robe raisonnée, si si, le tissu qui marque un progrès certain dans la raisonnabilité de la couturière, qui réfléchit avant de craquer, voire qui choisit de l’uni, du saisonnier et aussi un peu bio (il y a du polyester, ne me jetez pas la pierre, Pierre…). Bref. J’avais besoin d’un jogging pour remplacer l’un des miens qui va bientôt passer l’arme à gauche, j’achète donc du molleton bien sympa pour un futur jogging, j’en prends le bon métrage (plus que pour un sweat, quoi), je commande et je m’esbaudis à la réception, je l’adore, ce vert bouteille que je n’aurais jamais cru porter pourtant, vite au lavage, vite sous le pied de biche (j’ai bien d’autres projets précieux qui attendent mais justement, ils sont précieux, et mon énergie du moment est… comment dire… plutôt à la facilité).
Spoiler : j’ai encore besoin d’un jogging pour remplacer l’un des miens qui va bientôt passer l’arme à gauche. Arrgh. Pourquoi? Oui, pourquoi? Parce que le tissu parle. Le tissu s’exprime. Le tissu te dit « un jogging, moi? mais non! ça va être bien moche et pas du tout ton style ». Bien moche, mais comment il parle ce tissu??!? Néanmoins, la vérité sort de la bouche du tissu.

Télétravail chaussons 1 de mère-grand… Avec ma mélilot d’amour!

J’ai pris l’habitude de toujours tester le tissu « sur moi », genre je pose devant une glace en posant mon coupon vers le haut pour voir ce qu’il rend en top, déplié/coincé entre mes jambes pour un bas, déplié entièrement sur mon corps pour voir l’effet d’une tenue complète et/ou robe… ça m’a évité bien des déconvenues, et bien m’en a pris une fois encore : mon tissu a su avant moi que le jogging, je l’aurais pas aimé. Youpi, c’était pas prévu mais… je vais pouvoir me coudre un nouveau sweat (danse de la joie inside). Au rayon besoin, on repassera, je suis plutôt nantie (enfin, si on veut donner dans le capillotracté, j’avais rien en vert dans mon dressing), mais aux rayons plaisir, satisfaction immédiate et bonne excuse (certains diraient mauvaise foi mais je jure n’avoir pas commandé ce molleton en pensant sweat!!!), je me suis octroyée le genre de petite pause moelleuse et douce dont j’ai besoin en ce moment (ah tiens, un besoin, bon, on recolle, c’est parti!) : un nouveau sweat.

Sans vraiment l’avoir décidé mais en raisonnant « écolonomie », j’essaie désormais de trouver dans mes patrons en stock ce qui pourrait correspondre à une nouvelle envie. J’ai de quoi faire, largement, et j’ai aussi quelques pépites jamais encore tentées donc la nouveauté pourrait largement venir de mon placard à patrons. Sauf que je me pâme à chaque apparition du wiksten top dans mon fil instagram (patron que je n’ai pas en stock, vous l’aurez deviné)… Une forme clairement de sobriété heureuse, ce wiksten top, rien d’éclatant, tout dans la simplicité… Les poches, la forme droite, les épaules légèrement tombantes, la taille ni longue ni trop courte, un bel équilibre… J’ai hésité : le paradoxe de la consommation raisonnée, c’est aussi d’aimer soutenir les créateurs, d’exercer mon « pouvoir d’achat » avec force et puissance, justement.
Pour cette fois, j’ai opté pour l’exercice de mon superpouvoir créatif : partir d’un patron en stock et aller vers mon envie.

L’analyse de ce qui me plait dans le wiksten m’a menée tout naturellement vers… Jocko, de Ready to Sew (ainsi qu’une certaine forme d’addiction incontrôlable, je n’en suis qu’à mon quatrième opus, mais je ne vais pas m’allonger sur le divan pour ça, je gère, merci). L’analyse de Jocko m’a ensuite menée vers les ajustements à prévoir : suppression de la patte de boutonnage épaule, coupe légèrement plus droite du corps pour corriger le gainage très progressif du patron, raccourcissement du corps d’une vingtaine de centimètres, ajout des poches à deux centimètres du bord bas (le petit détail, le bas de la couture des poches est recouvert par la couture de l’ourlet du bas, j’aime bien), et aussi, étrécissement de la bande d’encolure pour ne laisser qu’un demi-centimètre apparent (non seulement, ça élargit l’encolure qui en fait un truc plus féminin, mais en plus, la finition a un aspect très différent, avec le surpiquage du tour, et j’aime beaucoup).

Et en moins de temps qu’il n’en faut pour écrire tout ça : tadam, mon nouveau sweat était né!!!

Oups, faut que j’aille au bureau ce coup-ci!

Je vous passe la galère de couper un molleton non gratté avec pléthore de petites boucles et morceaux voletants de partout, j’ai connu pire (le velours ou l’éponge, pour ne pas les nommer), mais tant qu’à faire, je me suis dit qu’écouler le stock d’un coup était plutôt une bonne idée. Alors j’ai opté pour une couture que j’avais en tête depuis un moment déjà, elle, et qui allait faire un combo d’enfer avec mon sweat puisque j’avais hésité avec une robe cocoon d’hiver (« pas encore une Lora tout de même voyons!!! ») : une jupe crayon.

Admirez ma finette au passage!

En mode « zéro neurone », j’ai opté pour la Kristy rok de La Maison Victor, téléchargée gratuitement sur leur site. J’ai suivi le tableau des mesures et coupé en 40 (en mode extra flemme, il se trouve que les marges d’un centimètre que j’aime bien ajouter tombent pile sur le 42, yeah). A l’essayage, j’ai bien dû convenir qu’il allait falloir recouper grave : j’ai donc amputé l’un des côtés de 2 cm (presque trois au niveau de la ceinture). Prochaine fois, y aller en mode 36/38, selon l’élasticité du tissu envisagé… Le résultat, du coup, ne me plait qu’à moitié, comme j’avais cousu en point zigzag élastique, impossible de découdre et les finitions intérieures sont moins belles que prévues et puis il y a un peu ce pochage des genoux, mon molleton étant sans doute moins réactif qu’un nerveux jersey plus fin, et puis il y a aussi ce risque mémérisant souligné par mon ado préférée de la combi molletonnée vert bouteille sous genoux… A cette heure, autant le sweat me ravit, autant cette jupe me laisse un doute (j’aime bien, sur les photos… faut vraiment que je vois à l’usage).

Télétravail avec chaussons 2

Patrons : sweat Jocko, Ready to Sew et jupe Kristy rok, La Maison Victor.
Taille : 38 pour le sweat, 40 recoupé plus proche du 36/38 pour la jupe.
Modifications :  pour le sweat, suppression de la patte de boutonnage épaule, coupe légèrement plus droite du corps pour corriger le gainage du patron, raccourcissement du corps d’une vingtaine de centimètres (pour que ça arrive mi-hanches), étrécissement de la bande d’encolure, ajout de 2 poches (L16 x H14 cm). Pour la jupe, la reprise due à la taille, le montage préconisé est simple et efficace.
Matières : sweat moucheté bio mais avec polyester, mercerie Rascol.
Rayon portabilité : le sweat a déjà trouvé plusieurs combinaisons heureuses de garde-robe, et je l’aiiiiiiimmmmeuh. Donc 110% couture gagnante. La jupe, c’est moins sûr, je l’ai enfilé pour le test mais après, pas trop eu envie, ce qui n’augure rien de bon. Cela dit, les températures printanières de ce fichu automne qui n’en finit jamais de tomber vers l’hiver ne l’aide pas beaucoup. Je verrai donc d’ici quelques temps si je coupe plus court (j’ai jamais été trop « mini-jupe » en même temps), si je coupe tout court (un autre projet, dans cet océan de vert, pour ma petite nièce?)…
Une prochaine fois? le Jocko et ses moultipossibilités… évidemment! et la Kristy rok, sans doute aussi, dans un tissu plus adéquat. J’aime ces formes, qui conviennent à ma silhouette.
Dans le temps : à suivre.

Je projette maintenant de me mettre aux deux projets à neurones de l’hiver qui attendent patiemment que je me botte les fesses : la chemise (de mon chéri) et le manteau (bleu marine). Always. Ou comment ne pas assister à la naissance de deux arlésiennes (hum. J’ai ma superbe flanelle bleue juste pour moi qui me fait de l’oeil dans le stock… Quand je vous dis que les tissus ont la parole!!!).
Et vous, ça va le mojo couture?

18 commentaires sur “I lived on the Moon [sweat Jocko – Ready to sew/Jupe Kristy – LMV]

    1. Hihi, je vais tester un peu avant de me résoudre à couper… J’aime bien ces formes crayon, mais dans ce molleton, c’est un pari risqué je reconnais… et la musique, c’est Julie (que tu lis sur what’sapp) qui me l’a fait découvrir!

      J'aime

  1. Oups, j’avais pô fini.
    J’adore ton sweat. J’aime bien sa couleur et je trouve qu’elle te va bien.
    J’ai la même flanelle que toi /* Mars-Elle, what else ? Nope ? */ et j’ose pas la couper !!! /* En même temps, je voudrais m’y faire un pantalon de moule aka un pijama de télé travail voire un jogging de dimanche … donc y a pas grand risque … */
    Bref, j’aime bien ton ensemble Working Girl et c’est vrai qu’il va avec tout ! /* le sweat ! */

    J'aime

    1. hihi (bis) évidemment Mars-Elle la flanelle!!!! rhooo un pantalon cosy quelle bonne idée. Moi j’y voyais une mélilot -encore- ou une robette mais je dois pas avoir assez de tissus… M’enfin, j’ai plus d’envie que de temps et d’énergie en ce moment!!!! (comme d’hab quoi)

      J'aime

  2. Oui je suis d’accord avec Ysa, coupe, coupe, coupe la jupe bien au-dessus du genou et tu la portes avec autre chose!! Quoi tu n’avais pas de vert dans ta garde robe??? Honte à toi dit la fan de vert et surtout de kaki. En tout cas ce sweat est tiptop, tu as bien fait de laisser parler le tissu.. C’est marrant je suis dans le plan inverse, j’avais acheté il y a très loongtemps un molleton (vert) pour en faire un sweat et ce week-end j’ai coupé dedans .. un jogging!! L’est pas encore cousu, je suis encore très lente et la position debout me fatigue pas mal. Et puis combiné tout ce travail avec les béquilles c’est pas encore top.. Je suis plutôt en tenue jogging surtout avec les soins kiné en ce moment, d’où mon souhait d’agrandir mon stock assez limité de jogging. Aujourd’hui j’ai mis un jean.. Ahh ça fait du bien de s’habiller enfin normalement et même d’arriver à mettre toute seule ses pompes!!
    J’ai hâte devoir les prochaines réalisations..

    J'aime

    1. ok ok, je vais y réfléchir (à couper), et non, très peu de vert, alors que c’est l’une de mes couleurs d’yeux (qui changent) et ça me va bien, mais va savoir, je m’oriente toujours sur du bleu depuis plusieurs années!!! Bon, curieuse de voir ton jogging à toi, à défaut d’en avoir un à moi (cela dit, je n’ai pas dit mon dernier mot, mais il ne sera peut-être pas en molleton, tout dépendra de l’épaisseur de mon jersey noir commandé chez Hysope tissus… on verra). Et je te comprends, quand ça fait longtemps qu’on n’a pas pu porter un truc, le remettre est signe que la vie reprend son cours donc… heureuse de lire que tu as pu mettre un jean!!!

      J'aime

  3. Il est chouette ton nouveau Jocko ! Une jolie transformation.
    Après la jupe, je sais pas … moi et le staïle …en tout cas, j’aime beaucoup la dernière photo de l’ensemble de face (mais moins celle de dos). Pfff c’est compliqué. Dans ce genre de cas, je demande conseil à ma fille. Tu fais ça aussi ?

    J'aime

    1. merci Nabel! et oui, moi aussi je demande à ma fille quand j’ai des doutes, elle est de bon conseil. Là… elle aime pas et trouve que ça fait mémère. Verdict sans appel… Mais comme je suis un peu têtue, je vais me faire mon idée après plusieurs jours de port, histoire de… et puis peut-être aussi avec d’autres top que le sweat assorti…

      J'aime

  4. Un ensemble chic pour aller travailler et qui convient bien effectivement à ta silhouette. La jupe semble confortable, tu ne dois pas la sentir.
    Après, la question de la portabilité… tu es la seule à pouvoir y répondre. Je me rends de plus en plus compte que l’adéquation entre le style d’un vêtement et l’humeur ou le mode de vie est importante. Chez moi, beaucoup de tenues restent au placard alors qu’elles me vont bien, tout simplement parce que ma vie a changé.
    Beau travail néanmoins 😉

    J'aime

    1. merci. Je n’ai encore que très peu enfilé la jupe, mais le sweat, c’est un gagnant! On verra oui, pour la portabilité, je n’aime pas les mini, quoiqu’il en soit… et je comprends bien, certaines tenues, alors que je les aime, ne sortent jamais du placard, questions d’opportunité. et je me rends compte que mes week-ends moins citadins me rendent le jean « ample » bien plus fonctionnel que les petites robes!

      J'aime

  5. Oh tres joli cette ensemble, j’aime beaucoup deparayé les pieces. Je suis d’accord avec toi que c’est important de réfléchir à nos achats Et notamment dans l’univers du textile!

    J'aime

  6. Tu as bien fait d’écouter ton tissu ! Le sweat est superbe et semble tellement tout confort ! Pour la jupe, je suis certaine qu’elle serait parfaite avec un sweat…d’une autre couleur. Alors à quand un autre Jocko ??

    J'aime

    1. Les températures commencent juste à fraîchir assez pour que la jupe soit de circonstance, je vais la tester avec d’autres combinaisons en effet! Et le prochain Jocko… sans doute l’hiver prochain 😘 Là, mes quatre exemplaires, dont j’ai hâte de ressortir celui en jersey de laine, bien chaud, suffisent à mon bonheur!

      J'aime

  7. Le sweat et cette couleur te vont très bien je trouve !
    Je pense que tu devrais laisser une deuxième chance à ta jupe. Peut-être portée seule (sans le sweat) avec une chemise blanche ?

    J'aime

    1. Pour la jupe, je l’ai testé aujourd’hui avec un autre Jocko, bleu marine cette fois, et ça le fait bien. Le vert oui, je me dis que je devrais en coudre plus, mais je pense que je trouve moins de tissus verts qui m’attirent l’oeil qu’en bleu!!!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.