Couture·Partage

Ma bonne étoile [Chemise L’élégant – Les Beaux Gosses]

L’histoire du jour est d’étoiles et de promesses, de longueur de temps et de couture pour un homme, du défi de Nabel qui tombe à pic pour vous en parler. Quand d’août une promesse d’anniversaire se retrouve enfin cousue pour Noël, finie sur le fil. Parce que parfois, il faut du temps pour se sentir les doigts à couper, puis coudre certain tissu. Que le temps de sérénité longtemps différé n’est pas toujours celui qu’on croit : j’ai fini par coudre cette chemise dans le tourbillon de fin d’année, quand l’horloge courait plus vite que je n’arrivais à enchaîner les étapes, le dernier bouton cousu à 10h02 le 25 décembre, juste avant d’aller préparer la zarzuela de Noël (mais je m’égare).

J’ai envie de coudre une chemise pour mon homme depuis le printemps dernier, du temps où j’imaginais que ça serait parfait pour le mariage de mon filleul auquel nous n’avons pas pu assister cet été. ça coupe les envies, les élans avortés. 2020 a confisqué ma capacité de concentration, privilégiant les projets faciles et égoïstes.
Avant de me rendre compte de l’effet délétère de cette drôle d’année, au printemps, j’avais acheté le patron l’Elégant, des BG, à force de voir les réalisations classes et colorées du Sieur Olivier, l’un des deux créateurs de la marque. Le fort potentiel de chemise moderne mais néanmoins sobre m’a séduit. Quand je me suis décidée pour l’anniversaire du mien, de BG, cet été, je lui ai offert une toile partielle pour lancer l’affaire, en lui laissant le choix du tissu… Du liberty, moi qui n’en avais jamais cousu de toute ma vie de couturière (tu y crois?), et va comprendre, ça m’a mis la pression (alors que bon, je couds, quoi)(bref). J’avais un doute, le motif m’inspirait peu, la couleur un peu sombre, le client est roi, je voulais que la chemise soit portée… OK, liberty!!!!

Malgré la toile, j’avais peur. De couper et de me planter (le prix de l’étoffe n’est pas étranger au stress, comme le manteau qui m’attend au moment où je rédige ce billet, pas envie de se planter, vraiment), de coudre et d’enchaîner les galères, que ça fasse un flop pas motivant à porter pour mon chéri… J’ai profité d’une éclaircie d’automne pour couper entièrement la chemise et re-boum, re-procrastination.
L’envie m’est revenue, comme une urgence, motivée par les fêtes, coudre pour une raison, coudre pour que mon BG soit le plus beau. Tous mes cadeaux cousus 1 jour et demi avant Noël (un miracle en soi), je me suis lancée dans la chemise comme dans un marathon. Tenir sur la longueur, gérer le stress et limiter les erreurs (il y en a eu, heureusement récupérées sans trace, comme par exemple ce moment où j’ai cru n’avoir pas ajouté de marge à la boutonnière… et que j’ai dû tout redéfaire parce que si, j’avais prévu le 0.5cm nécessaire au repli), j’ai abdiqué à l’heure extrême de partir préparer le repas du réveillon en laissant les coutures main… que j’ai terminées au petit matin du 25!

Lors du décalquage du patron, j’ai décidé d’ajouter 1.5 cm de marges, pour pouvoir réaliser des coutures anglaises et donner à cette chemise solidité et propreté des finitions (et l’homme peut porter sa chemise manches retroussées, ça reste bien fini et élégant!). Pour les fans absolues des marges intégrées, vous serez déçues, il convient de les ajouter au patron… Dans la situation présente, ça m’a arrangé, j’ai pu faire comme je voulais. J’ai ajouté les longueurs qui convenait à la morphologie de Monsieur d’après la toile (1.90m au compteur), sans allonger les pinces dos (je les ai tracées depuis le repère prévu en haut, et arrêtées à leur taille initiale). Pour parfaire l’intérieur et qu’il soit aussi propre que l’endroit, j’ai réalisé l’empiècement dos selon la méthode du fourreau (ou burrito, en plus trivial, mais l’un ou l’autre des noms vous guidera vers des tutos sur la toile), et la doublure du col et des poignets est cousue main. Je dois bien dire, coudre du liberty est un délice, il se comporte sous le pied de biche comme un rêve!

Les explications du livret m’ont convenu. Sauf pour les plaquettes de la patte capucin. J’ai systématiquement un doute pour le positionnement (de quel côté le grand côté? de quel côté le petit côté???? L’abysse du doute!), et je n’ai pas trouvé ici plus de pistes compréhensibles et mémorisables que sur la chemise Mélilot de Deer and Doe (je sais, les patrons ne sont pas des cours de couture, mais c’est le genre de petits détails que j’aurais apprécié). Si vous avez un truc mnémotechnique, je suis preneuse!!!
J’ai réussi après réflexion poussée et projection dans l’espace tridimensionnel et, quand tu vois le sablier se vider à vitesse grand V, je te promets, l’exercice est intense. Très intense. J’ai feinté en faisant le bord haut en carré plutôt qu’en « petit toit » un peu par facilité je l’avoue, et ça me plaît bien comme ça.

Pour la première fois, j’ai utilisé cet outil miraculeux commandé chez Rascol pour réaliser des boutonnières sans devoir calculer les écarts entre les boutons, une règle de mesure pour boutonnières (expanding sewing gauge de chez Simflex, selon où et comment vous voulez chercher la bestiole, si ça vous intéresse). J’ai investi précisément avant de coudre cette chemise, sachant que dorénavant, j’en couds (des chemises) et qu’il y en aura d’autres, pour lui, pour ma L. ou pour moi, et je suis bien contente de mon investissement, ça permet vraiment un ajustement précis sans prise de tête. Ma machine a été un peu capricieuse de la boutonnière, un peu lâche côté précision de la fin du tour, mais n’en a foiré totalement aucune. Toujours cette ultime sueur froide de la finition de l’objet du désir.
Dans ma session extrême du 25, j’ai légèrement décalé les trois derniers boutons, à me demander où j’avais bien pu foirer ces 0.5cm de décalage des ourlets! Je l’ai reprise dans la foulée (histoire de maîtriser procrastination mon amie) pour qu’elle soit top pour le 31, l’honneur est sauf.

Un petit bonheur se trouve dans l’étiquette offerte avec le patron des BG : « pour un beau gosse ». Elle est cousue machine tout en entier, sans ce côté qui gratte des étiquettes cousues main seulement sur les côtés, quand on le fait à la fin de la couture, le petit truc, c’est d’y penser au bon moment de la gamme de montage (juste avant de monter le col sur le corps)! J’ai découvert depuis que la marque en vendait hors patron, il n’est pas impossible que j’en achète tout exprès pour mes prochaines coutures homme.

photo floue avec les moyens du bord…

Un vrai trésor se trouve aussi dans les boutons de bois, faits main par Monsieur, artisan-menuisier de son état (inutile de vous préciser qu’il a des doigts d’or). Cette chemise est encore plus précieuse d’être réalisée à quatre mains, nos deux super-pouvoirs réunis.
Le test du premier lavage a été franchi haut la main!
Et d’évidence, la simplicité du bois va parfaitement à ce ciel étoilé au bleu profond qui me convainc désormais : le tout va très bien à mon BG.

Où l’on ne voit pas les pinces dos, tellement ce tissu joue à cache-cache avec les détails!

Patron : chemise L’élégant, Les Beaux Gosses. 
Taille : M, version ajustée.
Modifications : +1.5cm aux manches (top), +1.5cm au corps (j’aurais pu ajouter 0.5cm encore, pour un « sur mesure » au demi-centimètre près…), coutures anglaises (marges 1.5cm à ajouter au patron), couture de l’empiècement méthode du fourreau.
Matières : liberty Tana Lawn Whispering Stars chez Stragier et 10 boutons en frêne made by chéri.
Rayon portabilité : Monsieur porte peu de chemises mais celle-ci est déjà sortie deux fois à l’occasion des fêtes, elle manquait à sa garde-robe et lui va comme un gant pour ce type d’occasions où une paire de jeans suffit, réhaussé d’une chemise moderne. Il n’est pas très familier de cette carrure ajustée sans trop d’aisance, plus coutumier des tshirts et autres sweats confortables, mais ça lui plait, ouf.
Une prochaine fois? selon les envies de Monsieur, je suis prête, parce que j’ai adoré la réaliser, et cette version lui va drôlement bien, donc je pourrais me lancer à nouveau sans y changer grand chose!
Dans le temps : à suivre.

Grâce à cette chemise de BG, je parviens pour une fois à participer à l’élan de Nabel, qui propose de coudre pour les hommes, ces grands délaissés de la couture maison (ou pas)(ou pas tant que ça, dorénavant). Vous pouvez aller découvrir ce qu’ont concocté les autres participantes sur son blog.
Je profite de ce premier post de l’année pour vous remercier de toujours me suivre sur cet espace, de prendre le temps de la lecture plus long que sur les réseaux boulimiques, et de commenter pour entamer des discussions riches et bienveillantes.
Je vous souhaite une belle année 2021, pleine de douceur, d’émerveillement, de créativité et de force tranquille.
💗💗💗

35 commentaires sur “Ma bonne étoile [Chemise L’élégant – Les Beaux Gosses]

  1. Caticolo: Merci pour cet article très plaisant à lire, que j’ai parcouru avec attention. Cette chemise est vraiment parfaite, le patron, le tissu et le beau gosse a l’air de très bien la porter !
    (Je suis enregistrée avec le blog de voyage à vélo sur WordPress)

    J'aime

  2. Très jolie chemise. Je comprends toutes ces hésitations, mais le résultat en valait vraiment la peine.

    J'aime

  3. Je te souhaite aussi une très bonne année 2021 pleine de petits bonheurs et de créativité !
    Elle est superbe cette chemise et va très bien à ton BG !
    Bravo pour cette réalisation à 4 mains !

    J'aime

  4. Elle est superbe cette chemise!! J’admire tout particulièrement le travail des boutons en bois, un joli travail en duo!! J’espère que ça donnera envie au beau gosse de porter plus souvent des chemises, il aurait tort de se priver de tels talents!!!

    J'aime

  5. Bravo pour cette jolie chemise. Le tissu est très sympa. Il y a toujours du stress au moment de faire les boutonnières. Coudre une chemise n’est pas évident, c’est une couture technique, mais quand le résultat est de ce niveau, la fierté qui en découle est normal/

    J'aime

    1. merci! oui pour les boutonnières, c’est vraiment la plaie de risquer tout foirer toujours sur la fin, mais… ça l’a fait! et je suis bien fière de ma réalisation, en effet!

      J'aime

  6. Wahou ! Elle est très belle cette chemise ! Et aussi jolie à l’intérieur qu’à l’extérieur !
    Ca valait le coup d’attendre …
    (moi non plus, je n’ai jamais cousu de liberty)

    J'aime

    1. Tant qu’à savoir faire, je tenais à faire de jolies finitions… et pour le liberty, c’est une entorse à mes convictions, mais mon chéri n’a pas trouvé son bonheur dans les boutiques bio que je lui avais sélectionné, on a élargi le champ des possibles, et je comprends l’engouement pour cette étoffe, même si je n’aime pas tous les motifs (ceux trop fleu-fleurs).

      J'aime

  7. ah la chemise d’homme ! il faut y passer tellement de temps qu’elle mérite bien un beau tissu et ce liberty est parfait. C’ est vrai que 2020 nous a fait reporter certains projets, pour moi un manteau et une veste, inutiles quand on ne sort plus…. et depuis, une toute petite personne occupe mon temps pour une bonne partie de mes cousettes ! qu’importe, le plaisir de faire plaisir est important quand on a pas la « couture égoïste  » …..

    J'aime

    1. Bien dit, même si je couds surtout pour moi, je dois bien le dire, chacun son truc 🙂 En tout cas, c’est vrai que certains projets méritent temps et application.

      J'aime

  8. Elle est superbe dans ce beau liberty. Et je note l’astuce d’investir dans la règle à boutonnières parce que je couds régulièrement des chemises et que ça me gonfle de devoir mesurer à chaque fois

    J'aime

  9. Elle est super belle cette chemise ! Du choix du tissu aux finitions en passant par les boutons, tout est minutieusement réalisé pour un résultat optimal.
    J e connaissais pas la règle pour les boutonnières, à mettre sur ma prochaine liste pour le père-noël ! Merci

    J'aime

  10. Tu la vois la fille impatiente de découvrir ta chemise et qui oublie de venir lire l’article ? 🤭
    Un vrai BG ton chéri dans sa chemise pleine d’amour. Et j’adore le travail à 4 mains 😍 bravo !

    J'aime

  11. J’adore cette chemise ! Ce tissu, l’étiquette dans le dos, les finitions, ces boutons en bois réalisés par monsieur, que dire : elle est parfaite ! Bravo pour cette réalisation.
    C’est avec grand plaisir que je viens visiter ton blog et lire tes posts avec ta belle plume. Alors je continuerai en 2021 !

    J'aime

    1. merci beaucoup Céline, je l’aime beaucoup aussi, elle est pleine d’amour 🙂 et… avec plaisir pour la continuité de nos échanges, toujours agréables et bienveillants!

      J'aime

  12. Tu t’en es bien sortie en cousant avec autant de stress!!! Superbe chemise , qui rend si bien sur ton BG!!! Le liberty est vraiment une étoffe d’exception facile à travailler et si agréable à porter…et qui tient dans le temps!!!Détail non négligeable quand on a mis autant de temps à coudre!!!! j’aime beaucoup l’idée d’une réalisation à 4 mains et de ces boutons bois..cela donne une autre valeur….

    J'aime

Les commentaires sont fermés.