Couture

Episode 1 L’essentiel [Pantalon Pio – Ready to Sew]

L’histoire du jour est de tentation et de raison, de besoins portabilité et de défi joyeux, d’intuition contraire au réalisme, de quête du pantalon graal sans savoir à quel saint se vouer.
Lorsque Ready to Sew a sorti Pio, j’étais plutôt dubitative, si j’aime les partis pris généraux de la marque, je n’ai pas été séduite d’emblée : la taille élastiquée me renvoie inconsciemment à la notion de confort sans style, la forme carotte ne figure pas dans ma garde-robe habituelle, et puis ce petit truc de la fourche devant très longue (trop longue à mon goût) sur certaines silhouettes de présentation qui me criait « gare, ça va pas t’aller ni te plaire »!!!
Mais alors… Que s’est-il passé?

Il y a eu plusieurs étapes : avec le pantalon Dressed qui inondait IG le printemps dernier, la voie du pantalon taille élastiquée néanmoins élégant s’est entrouverte (j’adore la marque Deer &Doe mais quand je vois que certaines couturières correspondant bien mieux que moi à leur silhouette de base ont galéré pour l’ajustement, je me félicite de ne pas avoir craqué, ayant encore mes échecs cuisants de Safran en tête), puis j’ai vu plusieurs versions de Pio (celles de Caticolo notamment) qui m’ont beaucoup plu, puis j’ai hésité (après tout, j’ai déjà le Papao, dans un autre style, certes, mais dont le premier opus estival m’avait convaincu d’un potentiel pour temps froids) mais résisté, même le jour de promo de la marque, pas peu fière (c’est bon, c’est bon, fie-toi à tes doutes, ma grande et puis… il faut savoir raison garder, ne pas craquer sur un énième patron que tu n’auras pas le temps de coudre)… Jusqu’à la publication généreuse de Raphaëlle sur son développement de la gamme grande taille de sa marque : bien que je me situe dans les tailles 38/40, je galère depuis quelques années pour ajuster mes pantalons, une taille droite, un dos cambré, un petit ventre qui s’arrondit, surtout sur certaines périodes du mois, ce tout me rend souvent inconfortables les pantalons du commerce (enfin, on s’habitue à tout, même à être serrée, mais quel bonheur d’enfiler une tenue d’intérieur de l’espèce dite « jogging » en rentrant à la maison!!!). La lecture de l’article m’a éclairé sur quelques points, notamment les besoins de modification de fourche au fur et à mesure de la taille. Ma ligne de réflexion a été ébranlée.
Et puis dans la foulée, Ysa m’a causé Pio. En rigolant, j’ai lancé « tiens, lançons-nous un défi Pio ». Pourtant je le sais, qu’avec Ysa, il en faut peu pour mettre le feu aux poudres de nos folies respectives incapables de résister au « t’es pas cap », un zeste d’enfance qui sommeille en nous et que nous ne savons que trop bien réveiller l’une chez l’autre (pis… on a le même graal du pantalon confortable et ajusté). Bref, j’ai cousu Pio.
C’est surprenant comme un projet imprévu, presque improbable, trouve soudainement toute sa place et se retrouve cousu et porté plusieurs jours de suite en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

J’ai dans ma réserve quelques coupons improbables, non bios, non éthiques, non matières naturelles, éventuellement même avec du kibrille. J’en ai exhumé un acheté tout exprès pour coudre un pantalon il y a quelques années (le besoin ne date pas d’hier, procrastination mon amie), un pantalon d’hiver (je croyais encore au Père Noël pour acheter si léger sans tenir compte de ma frilosité naturelle), avec du kibrille quand même (ça devait me sembler vachement top)… La joie de tenir une toile potentiellement mettable sans risquer un tissu auquel je tiens. Vu ma gestion de stock, ça va devenir de plus en plus rare alors j’ai apprécié ma chance et j’ai joué tranquillement mon coup de Pio-poker.

avec l’un de mes Jocko – Ready to Sew

Sans surprise, le déroulé de la couture est topissime, comme à chaque fois pour les patrons de Raphaëlle, tout tombe nickel. J’ai choisi la taille 39, en me fiant comme recommandé à mon tour de hanches. Au vu de la construction du pantalon (les poches intégrées à la jambe devant, construite en deux parties), je n’ai pas réalisé d’essayage avant d’avoir tout cousu (j’ai même fait des finitions, genre toile mais toile DE LUXE), j’étais un peu fébrile à l’enfilage… Sans surprise là non plus, ça tombait bien, sauf ce grand surplus entre les jambes devant, bien trop bas à mon goût, sans surprise itou, malheureusement.

Typiquement, à ce moment-là, j’entre dans ma quatrième dimension : la zone où, subtilement, se glisse le fantôme de l’ajustement insurmontable, l’angoisse sourde de ne pas savoir comment m’y prendre pour sortir de ma zone de confort idéalisée (aka « le patron qui tombe d’un coup super bien sur toi »)… Mais ce coup-ci, j’ai pu compter sur l’énergie et l’émulation défiesque d’Ysa, couplées avec l’envie irrépressible de décompression d’une semaine chargée et la fameuse ressource réflexive de Raphaëlle sur les ajustements en terme de progression de silhouette avec le poids, l’intuition a fait le reste : si je retourne la ceinture, là, ça va? et si je retourne la ceinture seulement sur le devant, ça serait pas encore mieux? OK.
Je préfère vous prévenir : la photo qui suit est à déconseiller aux âmes sensibles.

3 petits centimètres me séparaient du graal. 3 tout petits centimètres. Tant qu’à faire, dans la foulée, j’ai testé à la hussarde (je vais finir par déposer un copyright) : j’ai décousu la ceinture sur le devant, installé la ceinture 3cm plus bas au centre, 2cm au niveau des coutures milieu devant jusqu’à revenir à la ligne initiale sur les coutures côté, en arc-de-cercle. Et ça l’a fait. Grave. J’ai enfilé ce pantalon-toile-plus-que-portable quasi tous les jours qui ont suivi avec grand plaisir (et un collant en-dessous parce qu’il s’avère évidemment trop léger pour les températures hivernales) : l’impression d’être en jogging en terme de confort, mais d’avoir un look parfait pour le taf, la vie sociale (ou ce qu’il en reste en ce moment). Comme ma garde-robe flirte dangereusement avec un 80-90% bleu marine en hiver (et que la touche de noir du tissu va bien avec les 10-20% restant), il se combine avec la plupart de mes sweats et pulls et c’est top!!! Et puis ça m’a boosté pour couper dans un de mes précieux coupons un nouveau gilet, bleu marine, genre ça manquait (ouais, j’ai pas de GILET bleu marine)(mais c’est une autre histoire).

Patron : pantalon Pio – Ready to Sew
Taille : 39.
Modifications : couture de la ceinture devant en arc de cercle à 3cm du haut, 2cm au niveau des coutures milieu devant et mourage pile sur les coutures côté, montage de la ceinture modifié pour enfermer les marges de couture sans les laisser apparentes.
Matières : improbable tissu synthétique, élastiques 2.5cm du stock (au lieu des 3cm préconisés, j’ai fait avec le stock).
Rayon portabilité : top top top! avec un collant pour l’hiver (vu la couleur, je lui trouve vraiment un côté hivernal… à voir ce printemps si je le sors aussi). J’ai d’abord eu l’impression qu’il aurait supporté d’être plus long, mais au final, avec les collants ET mes nouvelles jolies bottines qui remontent, ça le fait très bien comme ça, comme quoi… Pour des versions été, d’ailleurs, ça sera bien mais je vais réfléchir pour le prochain.
Dans le temps : à suivre.

Parce que cet article est déjà bien assez long, parce que ce premier opus est entré direct dans ma garde-robe alors qu’il était prévu en mode test et que ça valait bien une petite mise en valeur, parce que le tissu commandé exprès pour une (vraie) version hivernale est entrain de sécher bien que (teasing) pas marine (ma fille me met une pression de dingue pour que je couse de la couleur, si un jour j’avais cru entendre ça, le monde à l’envers, j’vous jure), parce que l’aventure du deuxième opus promet d’être également épique (et documentée), je vais vous laisser avec ce suspens insoutenable :
Florence parviendra-t-elle à conjurer le sort du « toile réussie-tissu final foiré »*?
L’ajustement envisagé sera-t-il le bon?
Le colonel Moutarde dans la grange, avec le chandelier**?
Les chevalières de la table ronde auront-elles enfin trouvé leur graal de pantalon?
Vous le saurez en regardant notre deuxième épisode « Pantalon Pio – Ready to Sew », bientôt sur vos écrans (on l’espère).

* ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé! Enfin, je dis ça, c’est surtout en cuisine que ça me le fait.
** ah? deuxième teasing?

21 commentaires sur “Episode 1 L’essentiel [Pantalon Pio – Ready to Sew]

  1. Yeeeees mais j’adore ta toile !!!! Moi promis, ma toile sera bientôt on ze net aussi bientôt !
    En attendant, j’adore ton pantalon !
    & la V2, on va assurer grave !

    J'aime

    1. Merci merci Ysa, pour la motiv et le défi, pour les encouragements, et pour ce résultat qui te doit carrément quelque chose : sans toi, point de joli pantalon pyjama invisible!!! et Yes, on va assurer pour la V2 (hâte de voir ta V1, déjà).

      J'aime

  2. Je me suis marrée du début à la fin de ton article ! Suspens insoutenable !! A quand le dénouement ? Et sinon chapeau bas pour ce pantalon, ma bête noire.. Bravo, il te va parfaitement !

    J'aime

    1. Ravie de t’avoir fait rire et… le suspens va dure encore un peu, le tissu n’est pas sec et je vais tester mon hypothèse d’ajustement dans un drap, pour être sûre sûre 🙂 Ce type de pantalon est idéal pour débuter, la ceinture élastiquée est bien plus simple qu’un montage de braguette. Et merci pour le compliment!

      J'aime

  3. Elle est super cette toile ! J’ai hâte de voir la version dans le beau lainage !
    Et je crois bien que j’ai fait à peu près le même ajustement dans le sens inverse sur le dos du pantalon dressed, c’est marrant.

    J'aime

    1. merci, oui, je suis bien contente d’avoir commis une toile-plus-que-portable… le tissu (du velours côtelé) pour le prochain est sec, yapluka 🙂 Et… rigolo les ajustements nécessaires à chacune, parfois ce qui est compliqué, c’est de changer de marque de patrons, parce que les ajustements sont alors à rechercher à nouveau!

      J'aime

  4. J’adore la première photo… tout à fait ton style !!!
    Et quel tissu ! L’élégance même.
    J’aime beaucoup la couture sur le devant des jambes ainsi que les poches. Beau travail Flo !
    Ici, c’est de la couture utile en ce moment : pochons pour ceci, pour cela… et surtout je trie, je jette, je donne depuis que la maison est en vente 😉
    Bises

    J'aime

  5. En tout cas j’ai bien rigolé en lisant tes aventures !
    Et maintenant que tu en parles, mon pantalon Dressed monte effectivement peut être bien trop haut. Sauf que je ne sais plus si j’ai modifié ou pas 🤪 je sais que j’ai rallongé le dos de quelques cm (mais pas assez).

    Vivement la version finale.. moutarde alors ? 🤔 Mais celle ci est déjà très chouette ! Tu me donnerais presque envie de la coudre… Moi qui recherche aussi mon Graal !

    J'aime

    1. Finalement, cette toile est une V1 tout à fait portable… Et… tu as bien deviné, moutarde, la V2! Je comprends pas ton trop haut/dos rallongé, mais… tu dois savoir mieux que moi ce qu’il en est. entre le dressed et le pio, je me dis que c’est surtout question de morpho de base, le style est assez semblable, donc… à toi de voir. Et après, ce serait bien que je me trouve une paire de jeans ajustée, j’hésite sur le modèle, à investir dans un seul patron, ou craquer sur le livre 1083 X sophie la styliste… Mais pour l’instant, le nombre de projets avec les tissus en stock sont déjà bien suffisants : je vais encore me retrouver à coudre mon manteau hors saison, et à ressortir mes deux projets coupés trop tard l’été 2019 qui n’ont jamais été finalisés puisque le printemps va revenir!!!

      J'aime

      1. En fait c’est pas le dos, ce sont les fesses 😀
        On verra pour le Pio, c’est vrai que ce sont les mêmes styles !

        C’est bien ça mon pb, je veux, j’aimerai un jeans ajusté 😉 Allez hop, on écluse ce qui attend :!

        Aimé par 1 personne

    1. merci! pas sûre que le tissu reste top bien longtemps, j’ai déjà l’impression qu’il a changé de couleur et se détend après deux lavages… Le prochain devrait être d’une meilleure qualité, et je m’y attelle ce matin!!!

      J'aime

  6. Très sympa cette première version ! J’aime bien ce petit look pantalon à la cheville/bottines.
    Toile réussie et tissu final foiré, ca ne m’arrive pas car je ne fais jamais de toile… Shame on me ! 😉
    Par contre en cuisine, très souvent !

    J'aime

    1. merci! la V2 est sur mes fesses, mais je crains que mon ajustement académique n’ait pas la même réussite que ma version trash… Je vais la porter quelques jours et voir! et pour les toiles, je ne le fais que depuis peu, et si possible dans des tissus « portables », au cas où!!! et je me sens moins seule pour la cuisine (je me lance du coup dans de l’inédit quand je reçois, ça me va mieux que les répétitions)

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.