Couture·Eco-bio

Episode 2 Tom Bombadil [Pantalon Pio – Ready to Sew]

Je suis plongée pour la première fois dans la lecture du « Seigneur des anneaux » de Tolkien… et j’ai cet air en tête de mon Jacques depuis que je suis tombée sur le-dit Tom au détour du chemin de Frodon!

L’histoire du jour vous dira si j’ai réussi à conjurer le sort du « toile réussie-tissu final foiré », si l’ajustement envisagé était le bon. N’y cherchez néanmoins pas d’information pour votre partie de Cluedo en cours, le Colonel Moutarde était juste un indice sur la couleur de ma V1 de Pio après la toile! Et si vous n’avez rien compris à cette introduction obscure, je vous invite à aller (re)lire l’épisode 1.
Ysa, défieuse hors pair, et moi-même, aurons-nous trouvé notre pantalon-graal? Lisez, et vous saurez!

Motivée par l’aboutissement magique de mon premier Pio, j’ai cherché des pistes d’ajustement de cette fameuse fourche, plus académique que mon test sur toile. En croisant les infos de Close Case Patterns et Artesane, j’ai testé la reprise de la fourche devant.
Comme le devant du Pio est composé de deux parties, j’ai scotché temporairement les deux bouts ensemble afin de réaliser la manipulation (-3 cm sur la fourche devant), puis j’ai redéfait l’assemblage pour couper mon tissu. J’ai dû légèrement redessiner les parties droites de chacune des parties, forcément tordues après ce petit twist ajusté. Et puis j’ai cousu.


Du velours côtelé légèrement extensible ou de l’ajustement insuffisant? L’ajustement académique n’a pas gommé ici l’entièreté du problème de l’entrejambe qui pend par le devant. Ooooh légèrement, mais quand même. J’ai beaucoup hésité à redéfaire le tout, et puis une petite voix s’est rappelée à moi : « le mieux est l’ennemi du bien ». J’ai cousu mon Pio au point éclair puisque tissu jersey. Imaginer redéfaire sans rien abimer, c’était comme croire au Père Noël, joli mais peu réaliste (je crois au Père Noël tout le mois de décembre, mais ramenée à février, soudain, c’est moins crédible).

Avant de me déterminer tout à fait, j’ai porté mon Pio si douillet. Ah ça, parce que douillet, il l’est, puissance 10 du douillet, même : la forme évidemment aussi confortable que le premier (le patron est définitivement cocoon-validé) + la chaleur du velours côtelé qui a sauvé mes miches des températures subtilement négatives du début février + l’élasticité encore plus douillette qu’un chaîne et trame. Et j’ai observé avec quoi je le porte, mon Pio savane : essentiellement mon Jocko en laine et mon sweat Felicia. Le second est plus court, certes, mais les deux sont plutôt bien enveloppants, ils descendent sur le ventre, évidemment rien de rentré dans le pantalon. Quoique la version avec le gilet noir entrouvert fait aussi la blague… Le champ des possibles compatibilités de ma garde-robe est assez large malgré mon choix de couleur, et j’ai beaucoup plus bloqué sur le pochage des genoux que sur cette fourche un tantinet trop basse.

Parfois, la somme des avantages gagne sur les petits agacements (2020 est mon maître en pragmatisme, j’y ai beaucoup gagné à ce niveau-là). Je parviens même à trouver un charme de papy à mes genoux pochés sur du gros velours côtelé, qui va parfaitement à mes bottines. Je crois tout de même m’être ici détournée de la féminité exquise et délicate (si tant est que je penche de ce côté-là d’habitude), j’y reviendrai dans une robe de printemps. Je revendique une féminité d’hiver confortable, à chaque saison sa déclinaison…

Et puis… et puis cette lumière du velours savane, j’adore, elle réveille mes tenues de #Madamebleu, elle me réchauffe les yeux, pas vous?
Oui parce que je pars tête en bille pour vous raconter l’épopée de l’ajustement mais je ne dis rien sur mon choix de tissu (qui se trouve AUSSI être celui d’Ysa… quand les grands esprits se rencontrent)!!! Il faut dire ici que le très joli Pio en velours côtelé de Caticolo a gravement participé à mon craquage sur Pio (je résistais, je résistais puis… J’ai chu). J’ai cherché bonheur en version bio, et j’ai trouvé ce velours jersey miroitant chez Cousubio.
Pour profiter du velours, il faut être attentif à la découpe et couper toutes vos pièces dans le même sens, surtout pas de tête bêche pour gagner au tétris du tissu! Et pour optimiser la lumière, vous devrez couper en pensant que le poil du velours doit remonter. La petite astuce : imaginez-vous assise, passant votre main du haut de vos cuisses vers vos genoux, les poils « résistent », alors que si vous remontez des genoux vers le haut des cuisses, ils sont « dans le sens du poil »… ça marche aussi pour un top, des épaules vers la taille, je vous laisse faire l’image!

Ah oui, deux petits trucs sur ce Pio, des histoires de poches : le fond de poche avant est dans un tissu légèrement extensible (une jupe longtemps portée, ici upcyclée) plus fin que le velours, pour éviter les surépaisseurs. J’ai hésité à faire de même pour la ceinture, mais je ne voulais pas que le tissu intérieur se voit fût-ce légèrement sur l’extérieur. Et j’ai supprimé les poches arrières : je ne les voulais pas, ou pas de cette forme carrée, ou pas du tout ou… Je les ai quand même coupées. Et j’ai décidé que leur air pas fameux lorsque je les ai cousues était le signe que l’Univers m’envoyait : il ne fallait pas les mettre. Quand je vois mon auguste fessier dans ce joli velours ininterrompu, je me félicite d’avoir suivi le signe.

Patron : pantalon Pio – Ready to Sew
Taille : 39.
Modifications : ajustement de la fourche devant (3 cm), montage de la ceinture modifié pour enfermer les marges de couture sans les laisser apparentes et couture main de l’intérieur, jambes allongées de 2 cm, au niveau prévu sur le patron, suppression des poches arrières.
Matières : jersey velours côtelé savane Cousubio, fond de poche vieille jupe upcyclée, élastiques 2.5cm du stock (au lieu des 3cm préconisés, comme sur le premier, j’ai encore fait avec le stock).
Rayon portabilité : malgré ses petites imperfections, je l’ai déjà beaucoup beaucoup enfilé sans réfléchir ces dernières semaines, y compris au travail. Il convient aux couleurs et formes de pas mal de mes sweats, et réveille bien le tout en me sortant du « tout bleu » hivernal. Il est évidemment catalogué hiver sans autre potentiel saisonnal, mais au moins, je sais qu’il m’est bien utile et chaud quand le froid est là. Reste à voir la durabilité du tissu (parce que celle de mon Pio bleu est déjà un peu entâmée)…
Une prochaine fois ? évidemment, en été, il y aura Pio. J’inviterais bien une version colorée (inspirée par les idées d’Ysa qui voit du wax partout) et je viens de visualiser ma double gaze commandée au départ pour une robe qui ferait aussi un joli Pio! Par contre, je reprendrai mon ajustement à la hussarde plutôt que l’ajustement académique, il donne pour moi un meilleur résultat sur ce patron. Je garde la méthode, plus simple à mettre en place que je ne pensais, pour mes futures pérégrinations de pantalon graal qui ne serait pas de ce genre de fourche méga haute. Quoiqu’il en soit, je tiens là un bon basique de pantalon simple, taille élastiquée, qui convient à ma silhouette et mes goûts, yeepaaa!!!!
Dans le temps : à suivre.

En bonus, il y a ce plantain des familles de Deer and Doe (patron gratuit V2, encolure remontée de 5 cm, découpe et insertion de la dentelle juste au-dessus de la poitrine) cousu pour mettre en valeur le joli bord-côte à dentelle que j’ai gagné à un petit jeu d’Hysope Tissus (en jersey noir d’Hysope aussi, acheté, lui). Cousu aussi parce que j’ai besoin de bons basiques intersaisons et que j’avais clairement procrastiné là-dessus l’automne dernier!
Je vous invite maintenant à aller voir la jolie déclinaison et les aventures drôlatiques d’Ysa, qui publie aussi son aventure de Pio2 aujourd’hui 😊
Désormais, me reste à poursuivre ma quête du pantalon ajusté… Et comme j’ai craqué sur le livre de 1083 et Sophie la Styliste sur la fabrication de jeans, pourquoi pas une paire de jeans??? Vous avez testé, vous?

21 commentaires sur “Episode 2 Tom Bombadil [Pantalon Pio – Ready to Sew]

  1. Ah ah ah, oui, on a fait le double combo patron – tissu ! & en plus, maintenant que j’ai vu ta version, je me dis qu’un pantalon moutarde ou jaune doré … Ça manque dans ma garde-robe !
    J’ai aussi fait les poches en tissu plus fin et j’en ai même pas parlé, tant pis !
    En tout cas, je suis fan du tien !

    J'aime

    1. ben tu vois, en voyant le tien, je me suis dit qu’un basique (et en repensant aussi à ton premier) en flanelle bleue, ça serait top pour l’hiver (quand ma toile se sera délitée et que j’en aurais marre de devoir enfiler un collant sous mon pantalon bleu)… L’inspiration collective sans fin, l’histoire éternelle du bout de fromage pour terminer le verre de rouge, ou le morceau de pain, au choix.

      J'aime

  2. Et je vois que toi aussi, tu as glissé un tiche à la fin, il est beau aussi ! Certes, un poil plus passe-partout que le mien, mais quand même, on est raccord !

    J'aime

    1. merci Rachel, et oui, ça faisait longtemps que je n’en avais pas porté, ça me rappelle bien des souvenirs, et c’est toujours aussi agréable et chaud!

      J'aime

  3. Eh bien le pantalon doudou a la côte cet hiver ! Ta version est très sympa dans cette couleur !

    J'aime

  4. Vive la féminité confortable ! J’adore. Tes bottines vont tellement bien avec ton Pio !
    Joli travail sur la poche… une discretion qui procure la satisfaction du travail bien fait.
    Tu es prête à accueillir le printemps 🙂

    J'aime

    1. Pourtant l’achat des bottines n’a pas été fait en pensant à lui, mais ils sont faits pour s’entendre 😊 le printemps va sûrement encore faire des pirouettes, mais je n’ai plus envie de travailler du chaud… un tshirt abricot est en cours, c’est dire!

      J'aime

  5. Super duo, super réussite ! Il est toujours intéressant de voir des déclinaisons différentes d’un même modèle, même avec un tissu similaire.

    J'aime

  6. Pantalon doudou avec une couleur si lumineuse!!! Bravo pour ce duo.. Oui le velours côtelé me ramène aussi des années en arrière.. Nostalgie!!!

    J'aime

    1. La couleur qui fait du bien en plein hiver, oui, nostalgie nostalgie, j’en portais, mon grand-père en portait (été comme hiver, lui), et ça fait bien plaisir d’en enfiler un à nouveau 😁

      J'aime

  7. On a envie de toucher à travers l’écran tellement le tissu a l’air doux. Et puis c’est tellement chouette, cette couleur chaude en hiver ! Joli pantalon ! Vivement le prochain ! C’est une belle quête que vous avez entamée, le pantalon qui va vraiment bien 💛 Et sinon avec ton explication sur le sens du velours je viens de comprendre que je n’avais en fait PAS coupé la dernière jupe de ma poulette à l’envers 😊 J’ai bien fait de venir, tiens !

    J'aime

    1. le tissu est effectivement bien cocoon! et oui pour la lumière, dont j’avais besoin dans ma garde-robe… La quête continue, je vais d’abord en faire un pour ma fille, et après, je teste un modèle du livre sur les jeans. Hihi ravie de t’avoir rendu service, j’ai souvent l’impression que ce ne sont que de petits détails, mais en fait, un jour, il a bien fallu que je les apprenne alors… autant les redire à mon tour 😁😘

      J'aime

  8. Sympa cette nouvelle version ! Une jolie couleur pour égayer l’hiver.
    Tu m’apprends quelque chose sur le sens du poil pour la découpe du velours, je pensais que c’était le contraire. il faut que je fasse attention la prochaine fois ! 😉
    Joli weekend à toi !

    J'aime

    1. oui, et plus confortable que le premier niveau tissu… On peut bien faire dans l’autre sens, c’est une question de goût : je crois qu’ainsi, c’est encore plus lumineux… Jolie soirée à toi!

      J'aime

Les commentaires sont fermés.