Couture·Un tuto, des tutos

Right Direction [Pochette à aiguilles de machine à coudre – tuto!]

L’histoire du jour est d’humeur festive, de petits bonheurs cousus inspirés, de plaisirs d’offrir et de partages. Elle trouve sa source dans le calendrier de l’Avent que je me suis offert chez Hysope Tissus. Un calendrier à l’esprit zéro déchet, plein de tissus bios et de jolis tutos. J’ai réalisé la première pochette (à bijoux) avec délectation : me laisser guider pour obtenir cette mignonnerie adorable sans réfléchir a été très plaisant au cours de cette période chargée avant Noël.
Arrivée à la proposition de la seconde pochette, pour transporter un petit kit couture main partout, j’ai freiné : j’ai déjà un très joli étui à aiguilles en cartonnage qu’on m’a offert il y a une éternité et qui remplit toujours très bien son office… Mon besoin réel était d’une pochette à aiguilles de machine à coudre, pour garder de côté, sans les mélanger, les aiguilles déjà utilisées à part des neuves, avec les petites boîtes qui s’amoncellent sur ma table de couture en se perdant partout. Je sentais que je tenais un truc en partant des éléments fournis par Christelle mais j’avais besoin d’un temps de maturation pour pouvoir « créer sous contraintes », comme j’aime.
Et puis un jour, voilà :

J’ai trouvé sur le net les ressources qui m’ont permis de me décider pour la grille des aiguilles : lesquelles j’ai en ma possession? de quelle taille? lesquelles j’utilise vraiment? Certains modèles ajoutent d’autres catégories, je m’en suis tenue à une version basique, j’aviserai si d’autres types d’aiguilles devaient s’ajouter un jour dans ma couture.
Pour le reste, j’ai fait en fonction des « contraintes » de matériaux : taille du tissu restant (assorti à mon dernier pique-aiguille chouchou), taille des rectangles de feutrine, et ça l’a fait.
Quand j’ai publié mon étui à aiguilles sur instagram, certaines d’entre vous m’ont demandé un tuto, alors j’ai récidivé en version rock’n’roll pour pouvoir vous faire une rapide démo en image.

Je n’ai pas inventé la poudre, mais si ça peut vous permettre de réaliser rapidement (et sans réfléchir) un outil pratique qui vous accompagnera dans vos séances couture, j’en serai ravie!!!

Vous aurez besoin de :
2 rectangles de coton de 20×14.5 cm (identiques, contrastés… à votre goût!)
1 rectangle d’entoilage de 20×14.5 cm (prenez celui que vous avez en stock, idéalement moyen, mais ça dépend aussi de vos tissus)
1 morceau de molleton, plutôt épais, de 20×14.5 cm
2 rectangles de coton de 20×9 cm
2 rectangles d’entoilage de 20×9 cm
2 morceaux de feutre, feutrine ou laine bouillie de 10×7 cm
65 cm de biais assorti
14 cm de ruban fin
1 bouton

Première étape : entoiler
En suivant les indications de votre toile d’entoilage, entoilez le grand rectangle destiné à être à l’intérieur de votre pochette et les deux petits rectangles.

Deuxième étape : molletonner
Posez le grand rectangle destiné à être à l’extérieur de la pochette sur le rectangle de molleton et… molletonner.
Perso, j’ai réalisé des coutures au point triple pour que ça se voit bien, tous les 2 cm. Vous pouvez tracer ces lignes à la craie ou au feutre friction, ou vous référer au marquage de votre mac (et à l’oeil… Couture à la hussarde-team forever).
Pour éviter les déformations, je démarre toujours du même bord de mon tissu, mais sur une petite surface, ça a moins d’impact que sur plus grand…

Troisième étape : les poches
Pliez les deux petits rectangles entoilés en deux dans le sens de la longueur, marquez au fer à repasser, puis fixez ces deux morceaux en haut et en bas de votre pochette.

Quatrième étape : fixer
Montez vos épaisseurs dans cet ordre : extérieur matelassé, intérieur entoilé + poches.
Réalisez une couture au milieu de votre pochette (j’ai encore une fois utilisé le point triple), à travers toutes les épaisseurs.
Pliez le ruban en deux et cousez-le au milieu du côté droit de la pochette à 0.5 cm du bord.
Cette étape de fixation de chaque pièce permet de faciliter la couture du biais à venir.

Cinquième étape : les grilles
Sur chaque grille, réalisez un quadrillage tous les 1.5 cm dans le plus petit côté, et tous les 2.4 cm dans le plus long côté. Le côté gauche laisse une marge de couture de 1 cm disponible, attention, prenez-là en compte pour ajouter les noms de vos lignes!
Que ce soit la feutrine ou la laine bouillie… ça se déforme! Alors allez-y doucement, ou choisissez une manière douce de procéder, à la main par exemple.
Dans chacune des cases à gauche (sauf la première), ajoutez les noms des catégories (broderie main, broderie machine ou toute autre technique que vous maîtrisez -perso, j’y connais rien en critcutbidule, ça tiendrait sur du feutre??-) de votre choix.
Pour moi : universelles, jersey, stretch, jeans, cuir. Pour ma version dia de los muertos, j’ai mis seulement les initiales, avec un Jy pour jersey et un Js pour jeans… histoire de gagner de la place.
Dans les cases du haut de l’un des morceaux de feutre (sauf la première case), ajoutez les numéros de taille d’aiguilles : 60/70/80/90/100.
Je vous laisse regarder les images pour comprendre le rendu souhaité.
Puis fixez chaque morceau de feutre sur le haut de la pochette par une couture à 0.5 cm, chaque morceau à 1 cm de part et d’autre du milieu.

Sixième étape : les angles
Coupez les quatre angles en biais (à 1.5 cm du coin).
Vous pouvez aussi préparer au tout début un gabarit avec des angles arrondis si vous trouvez que ça vous facilite la couture du biais… qui arrive tout de suite!

Septième étape : le biais
Piquez votre biais tout le tour de votre pochette, en veillant bien à prendre toutes les épaisseurs en même temps, et en allant doucement dans les arrondis.
Alors là, chacune sa technique. Perso, je le fais en deux fois : d’abord un côté, je dégarnis légèrement les angles, puis je rabats et je couds à la main (le plus propre) ou à la machine (le plus rapide), selon… l’humeur!
Et aussi, je fais ce truc, pour que la jointure soit la plus discrète possible (j’avoue même parfois le faire à angle droit et non pas à 90°, ça ne pose pas problème).

Huitième et dernière étape : le bouton
Vous reste à coudre votre bouton en plein milieu du devant.
Vous pouvez vous aider à marquer l’emplacement en tirant le ruban qui viendra faire la fermeture, ça vous indiquera où placer votre bouton.

Et on peut se faire plaisir en assortissant sa pochette à un pique-aiguille dans les mêmes tissus!
Quelques uns de ces pique-aiguilles se sont envolées chez d’autres couturières!
Motifs des 3 broderies : Caro tricote

Tadam!
Votre pochette est terminée! Vous n’avez plus qu’à trier vos aiguilles « en cours d’utilisation » pour les piquer à la bonne place de vos grilles!
J’espère que ce tuto vous plaira et surtout, qu’il vous sera utile.
Dites-moi s’il est clair! J’apporterai des précisions si nécessaire.
Bonne couture à vous!

Patron : maison.
Matières : pour la trousse jaune, tissus, biais, feutrine et molleton 100% Hysope Tissus + bouton Atelier Camelir (j’adore son travail… et les papillons!)/pour la trousse Dia de los muertos, coton Nadège tissus, lin gris anthracite Mars-Elle, biais satiné noir et bouton du stock. Dans les deux cas, les petits rubans sont des récups (vous savez, sur les vêtements du commerce, ces petits rubans aux épaules qui servent à rien et qui, si on les laisse, finissent toujours par se voir… Moi, je les coupe et les réutilise… Cela dit, j’en ai de moins en moins souvent puisque je n’achète quasi plus de PAP).
Rayon praticité: pratique et mignon… je gage sur un fonctionnement top aux côtés de ma fidèle Janome… La seconde trousse rejoint ma « boîte à cadeaux », à ressortir dès que besoin 💖.
Une prochaine fois ? C’est si facile et rapide à utiliser, je suis sûre que j’en ferai d’autres pour des cadeaux de cousettes, pour des petits combos pique-aiguilles/étui à aiguilles assortis!!! Et vous?
Dans le temps : à suivre!

18 commentaires sur “Right Direction [Pochette à aiguilles de machine à coudre – tuto!]

  1. Elle est très sympa cette petite pochette à aiguilles. Depuis que j’ai cousu la mienne, c’est mon outil le plus pratique, c’est un indispensable.
    Et au cas où, le petit truc en plus : remplacer la place de l’aiguille en cours d’utilisation par une épingle (et 2 épingles avec une tête de couleur différente pour la surjeteuse)

    J'aime

    1. Ah oui, bien vu pour les petits trucs, merci! De mon côté, j’ai commencé en laissant la boîte « en cours d’utilisation » à l’extérieur des petites cases… et je n’ai pas de surjet’!!!

      J'aime

  2. Hey, j’avais rien dit ici ! Alors que forcément, j’adore ! /* & pas QUE parce qu’y a des têtes de mooooort ah ah ah !!! */

    J'aime

  3. Très sympa ces petits tutos et de bien jolies réalisations. Ma version du range-aiguille était beaucoup plus longue à faire (avec des pages et des pages et de la broderie sur chaque page) ce qui ne m’a pas donné pas envie d’en faire beaucoup!!!

    J'aime

    1. là, on est sur une version super simple et rapide à réaliser… Elle me satisfait à l’usage. et bon, ça faisait longtemps que je n’avais rien partagé en mode tuto, ça m’a amusé d’en refaire un!

      J'aime

  4. Superbe idée et je n’avais jamais pensé à mettre mes aiguilles en cours de côté ! Bien enregistré en tout cas et super tuto : clair et engageant de simplicité !

    J'aime

    1. A force d’utiliser des tissus qui supportent mal les vieilles aiguilles, je me suis penchée sur cette réflexion « comment être sûre d’utiliser une aiguille neuve! »… Et je suis ravie si mon tuto est clair et t’inspire!

      J'aime

  5. Jolies et pratiques ces pochettes à aiguilles ! Trop fun celle avec tête de mort nattée !
    J’utilise toujours la mienne, et je ne sais pas comment je faisais avant ! 😉

    J'aime

    1. ça m’a l’air fort pratique depuis que je l’ai, en effet, c’est chouette en plus de réaliser soi-même les outils qui nous facilitent la vie!

      J'aime

Les commentaires sont fermés.