Couture·Eco-bio

Qui a kidnappé Benjamin Biolay? [an neuf et zéro déchet]

L’histoire du jour pourrait être sans parole. Quelques photos volées au temps, des attentions, des petits riens, des petits pas.
Autant vous prévenir tout de suite : sans parole, je doute de savoir faire.
Tout comme l’évocation du kidnapping de Benjamin Biolay que je vous propose en musique du jour, l’idée de ces trois loustics musiciens joueurs de mots, adoubée par BB himself, me fait rire. A n’en point douter, les mots peuvent faire du bien, alors pourquoi se priver en ce début d’année? Une nouvelle année que je nous souhaite créative, joyeuse, légère et engagée (celleux qui diraient que c’est incompatible auront raison seulement si on le décide, et je choisis de tout vouloir, et de tout pouvoir).

Depuis quelques années, j’ai une tradition : trouver un cadeau différent et symbolique, relativement rapide à faire et faisant son petit effet, à coudre bien évidemment et pourquoi pas source d’une création plus globale… 2022 aura été l’année du petit sapin molletonné, qui sur son paquet cadeau, qui dans son calendrier de l’Avent, qui encore en format « kit à créer » pour un Père Noël Secret… Car si ces petits arbustes se suffisent à eux-mêmes, ils peuvent également avec bonheur se lier par deux ou trois pour agrémenter une branche soigneusement ramassée dans la forêt et se décréter mobile de Noël à offrir en version kit : coudre les sapins, écrire et dessiner à main levée un petit « how to », soigneusement emballer, et hop, vous avez un cadeau créatif et ludique !
Le parfait tuto de l’arbre, pour l’utilisation des petits bouts de tissus en patchwork rapide et pour l’ajout de la broderie (machine dans mon cas pour plus de rapidité d’exécution, mon temps créatif étant limité) est à trouver ici : Ann Wood handmade (c’est en anglais mais très facile à comprendre avec les images).
Joie, bonheur, efficacité, cadeau.

Avant ça, il y a avait eu cette couture, longtemps retardée, un peu procrastinée, et pourtant si nécessaire… Je voulais les avoir testées sur plusieurs cycles avant de vous en parler, de ces serviettes hygiéniques lavables (ou SHL). Et bien ma foi, en dépit d’un flux qui se pose toujours autant là (à quelques mois de basculer cinquantenaire, je me languis de pouvoir me dispenser de ce genre d’accessoire), elles assurent le job. Et se nettoient pour l’instant plutôt bien. S’ajoutant à mes culottes menstruelles du commerce, elles me permettent de partir sereine pour une journée loin de la maison-mère.
J’aurais évidemment pu acheter chaque élément séparément et inventer mon propre patron, j’ai choisi l’option « flemme et réfléchi pour moi », qui présentait l’avantage indéniable d’une quantité justement pensée de chaque tissu technique, notamment le PUL, que je n’ai pas envie d’avoir en quantité chez moi. Bref, j’ai cousu le kit Cousu bio et c’était cool. Comme je suis ceinture noire de tétris (ou que le kit est généreux, l’histoire ne le dit pas… J’aime me bercer de douces illusions, j’optionne pour la version 1), j’ai pu caser deux grandes tailles et deux moyennes plutôt qu’une seule grande dans mon coupon de PUL et dans la flanelle. J’ai pioché un peu de coton supplémentaire.
Joie, bonheur, efficacité, utilité.

Il y a mon amie G. avec qui je troque couture contre séance de Fleurs de Bach. Le besoin de G., c’était des éponges lavables alors ça m’a servi de pousse-pousse-motivation (pas faute d’avoir l’idée, manquait l’élan, et faire plaisir à mon amie, c’était le bon coup de pouce). Après en avoir échangé avec plusieurs d’entre vous, j’ai lancé deux versions : rembourrées et plates. Quelques semaines d’utilisation plus tard, mon intuition première s’est confirmée : certes, on a plus l’habitude de la prise en main « épaisse », mais le séchage qui prend des plombes ne me convient pas pour utiliser l’éponge plusieurs jours de suite… et on se fait très bien à la version plate.
Mon amie G. est contente. Moi j’adore mes petites fleurs et elles me le rendent bien mais c’est une autre histoire.
J’ai pris : des rectangles de coton (une couleur pour chaque usage, par pièce de la maison), du nid d’abeille (l’éponge ferait très bien l’affaire, j’ai pris ce que j’avais), et un certain filet de lavage ayant fini sa vie de filet pratique suite à FE défaillante (j’ai en tête que la toile de jute ferait aussi très bien l’affaire une prochaine fois, pour un léger effet « gratte gratte »).
12 x 10 cm avec marge de couture de 1 cm incluse. On fait le sandwich endroit contre endroit, on coud, on dégarnit les angles, on retourne, on coud près des bords pour refermer et c’est parti.
Joie, bonheur, simplicité, recyclage.

Parfois, les idées les plus simples sont les meilleures. J’ai réussi à faire coïncider ma trouvaille du shampoing solide qui marche (pour moi) et une lumineuse inspiration pour les petites attentions pour mes jeunes (ma fille et mes deux beaux-fils) et les copines : le duo pochette lavable et imperméable et son cosmétique solide.
Je cherche depuis quelques années maintenant un shampoing solide qui, dans le même temps, convienne à ma nature de cheveux (secs), n’agresse pas mon cuir chevelu (mes premières tentatives et leurs insupportables démangeaisons), et ne rende pas mes cheveux tout « pègant » (de pèguer, verbe indiquant un truc qui colle, oui, qui colle).
En allant visiter leur éco-lieu tout proche de Romans pour la partie architecturale du bâtiment, je me suis motivée à tester le shampoing solide à la noix de coco, pour les cheveux secs, de Lamazuna. Et je suis convaincue, il me convient parfaitement. Alors j’ai essaimé.
Sur la photo, vous n’en voyez qu’un mais croyez-moi sur parole, il y en a eu plusieurs autres. Et il y en aura encore, j’ai beaucoup regretté de ne pas avoir eu l’idée pour un autre de mes secret Santa 2022, je garde précieusement ça dans un coin de ma tête.
Côté mise en application, c’est mitigé : les jeunes aux cheveux longs trouvent que ça ne mousse pas assez, les copines aux cheveux plutôt courts, comme moi, les trouvent top.
Pour la pochette, rien de plus simple, vous choisissez la taille (ici, des rectangles de 19 x 29 cm, marges d’1 cm incluses), vous zieutez un coup sur le tuto si vraiment vous ne voulez pas réfléchir de trop, une petite pression kam ou autre et zou.
Joie, bonheur, consomm’actrice locale.

Zéro déchet aura été le fil rouge de mes coutures de ces derniers mois. J’ajoute quelques sacs à vrac qui ont emballé 80% des cadeaux que j’ai offert à Noël. Zéro déchet et utilité, partage et petites attentions, sans grande couture ou création, sans même avoir (ou trouver) le temps de coudre une robe de fêtes, mais du sens dans ces petits gestes, et le plaisir qu’à chaque fois, ce soit bien reçu.
Le bon sens, et le sens de la fête, du plaisir d’offrir, du plaisir aussi à l’usage : fabriquer l’utile beau et rendre le beau utile sont un bonheur renouvelé à chaque utilisation.
Et vous, qu’avez-vous testé ces derniers temps? et qu’avez-vous offert?

14 commentaires sur “Qui a kidnappé Benjamin Biolay? [an neuf et zéro déchet]

  1. Joie, bonheur et plaisir de te lire Florence et de découvrir tes cadeaux faits main. De mon côté il y a eu un gros projet : une besace en cuir et plusieurs petits pour utiliser mes chutes : pochettes à livres, snood et bonnet et chaussons. J’irai regarder le shampooing que tu conseilles car je suis passée au shampooing solide depuis quelques temps mais il m’asseche les cheveux! Une belle année à toi!

    J’aime

  2. Ooohh que de bien belles realisations oui didonc….ouiii zero dechet…on essaye….mais on y approche…;)…en tout cas de chouettes cadeaux…;)
    Autrement rien de rien…;)

    J’aime

  3. Merci Mathilde ! Chouette les gros projets, je manque de temps mais aussi de besoin, à tel point que je me retiens de commander du tissu, je n’ai pas de projets immédiats!
    Le shampoing comme tout, faut trouver celui qui nous va.si tu testes lamazuna, tu me diras!

    Aimé par 1 personne

  4. Que des jolies petites choses !
    Je n’ai pas cousu / tricoté grand chose pour Noël, l’impression d’avoir fait un peu le tour … J’ai cousu quand même une pochette à savon (quasiment la même que la tienne 😉 ). Le shampoing solide, j’ai testé et ça ne m’a pas convaincue (j’avais le cheveux qui pègue comme tu dis 😉 ). Du coup, j’en essaierai peut-être d’autres marques.
    Et sinon, un support à cartes pour mon neveu tout petit et un bandeau tricoté pour couvrir les oreilles d’une amie qui travaille à l’extérieur.

    J’aime

    1. C’est vrai que quand ça fait plusieurs années qu’on coud et offre ce qu’on coud, on peut un peu bloquer pour les idées cadeaux!
      Pour le shampoing, c’est pour ça que je voulais partager mon expérience, j’ai bien failli m’arrêter de tester, jusqu’à cette opportunité de visite chez Lamazuna… et je suis contente de trouver mon bonheur pour l’instant avec ce test…
      le bandeau tricoté, c’est un projet que j’ai depuis longtemps, mais je n’ai clairement pas cette année l’envie de m’y mettre. Je ne me rappelle pas l’avoir vu sur le blog, ton bandeau, tu vas en parler? comme ça je verrai le modèle que tu as utilisé 🙂

      J’aime

  5. Un post positif, plein d’espoir, qui met du baume au coeur… J’ai beaucoup apprécié ta présentation !
    Et puis, tu t’en doutes, j’ai craqué pour tes sapins patchwork … ils m’ont donné des idées d’activités de couture à pratiquer avec Joanne qui rôde autour de la MAC à la moindre occasion ; elle adore associer les couleurs, fouiller dans mes tissus… elle est mûre pour le patchwork !
    Je n’ai jamais réalisé de protections hygiéniques, mais je suis à fond dans les lingettes pour bébé ; ce n’est pas trop ma tasse de thé, mais elles sont très pratiques et appréciées par les parents. Un excellent moyen aussi d’écouler mes chutes.
    Je garde ton idée d’étui pour savon dur sous le coude… j’en suis restée aux sachets enduits pour fruits et légumes que je confectionne de temps à autre.
    Bravo Flo ! Et c’est toujours un plaisir de te retrouver sur ton blog 🙂

    J’aime

    1. le patchwork, tu as raison, une multitude de possibles pour Joanne!!!
      le fait est que l’utile, je n’ai moi-même pas toujours envie de le coudre. D’ailleurs, j’ai profité des soldes pour me racheter des culottes menstruelles, parce que… presque aussi cher de me les coudre et pas vraiment de plaisir à le faire!
      Ravie de te retrouver aussi dans les comm (comme sur ton blog), c’est moins réactif que d’autres RS, mais ça laisse une autre forme de trace, et le plaisir de la prose 🙂

      J’aime

  6. De bien jolies choses. J’avoue que j’ai un faible pour ces sapins et je me garde l’idée pour Noël prochain.
    Je n’ai pas eu le temps ni l’inspiration pour des cadeaux fait main. Mais au moins j’ai cousu comme toujours les emballages dans des chutes de tissu, avec les restes de bout de dentelle ou de galon pour fermer. Et en plus c’est cousu en un tour de main et ça vide un peu le stock de chutes.

    J’aime

  7. Trop contente de te revoir sur ton blog !
    Tu as eu de belles idées cadeaux pour ce noël !
    J’avoue que je suis tentée de me coudre des culottes menstruelles, il faut vraiment que je me penche sur la question !

    J’aime

    1. merci beaucoup 😀 des petites idées qui fonctionnent bien, ça peut toujours servir d’inspiration!
      et pour les culottes, ou les serviettes, fonce, ça demande un peu d’ajustement selon ton flux, et parfois quand la culotte devient un peu moins absorbante au bout de quelques années d’usage, ça peut faire quelques mauvaises surprises, mais je ne reviendrai pas en arrière!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.